Général

Fais Passer ton Anglais à la Vitesse Supérieure, en 6 Étapes

By 15 April 2018 No Comments

Ah, si seulement d’un claquement de doigts on pouvait parler couramment anglais. Malheureusement, il n’y a pas de formule magique pour ça ! Pour mieux parler anglais, on n’a pas d’autre choix que de pratiquer la langue autant que possible. Pratiquer oui, mais quoi ?  Pour ceux qui ont oublié les fondamentaux, revenons aux basiques… 

Acquérir des nouveaux mots 

Je veux agrandir / élargir / étendre / enrichir / engraisser (!) mon lexique. Y a t-il des techniques plus efficaces que d’autres ? Si comme moi tu parles déjà assez bien anglais, tu voudras peut-être apprendre des synonymes. J’utilise l’appli Synmap, et je la recommande à tous mes amis. A mes lecteurs aussi ! Au rythme de 2 à 3 mots nouveaux par jour, j’apprends une petite centaine d’expressions par mois. Pas mal, non ? Si ton Anglais est vraiment rouillé (comme moi avec l’Espagnol) suis le même principe ! Pourquoi pas investir dans un petit carnet, et dresser une liste de mots nouveaux que tu veux apprendre. On apprend en répétant, aussi voudras-tu multiplier les occasions d’utiliser 📍 activement les mots de ta liste.

Combien de mots dois-je connaître ?

Que signifie être bilingue et combien de mots connait-on dans sa langue maternelle ? Réponses en chiffres par le CECR  (Cadre Européen de Référence pour les langues) :

  • Avec 250 à 500 mots, un débutant « fonctionnel » peut déjà avoir une conversation basique dans la langue. Pour un touriste, c’est suffisant pour se sortir de la plupart des situations.
  • Avec 1 000 à 3 000 mots, on est un locuteur intermédiaire avec un niveau dit « conversationnel ».
  • Avec 4 000 à 10 000 mots, on franchit le niveau « avancé ». On peut tenir une conversation dans des domaines qui requièrent du vocabulaire spécifique ou technique.
  • À partir de 10 000 mots, on parle la langue couramment. On s’approche du niveau de vocabulaire des locuteurs natifs. On peut aborder n’importe quel sujet en détail, ou presque. Avec autant de vocabulaire, on peut généralement deviner le sens d’autres mots inconnus grâce au contexte.
  • De 10 000 à 30 000 mots et au-delà, on a le bagage lexical d’un locuteur natif.

Affiner son oreille

Rien de tel qu’une vraie conversation avec des vraies personnes, pour affiner ton oreille.

Mais quand je suis à la maison tranquille, je regarde aussi souvent des films et des séries anglaises. Vous aussi ? Ce faisant, on conjugue langue étrangère & plaisir, alors pourquoi s’en priver ! Chaque film nous fait plonger dans un microcosme différent de la culture anglo-saxonne, et les productions des différents pays nous frottent aussi à de multiples accents ! Sais-tu différencier les accents britannique et américains ? “Of course!” me dis-tu. Ok. Autre challenge, peux-tu distinguer l’accent australien de l’irlandais ? Et l’américain des états du Sud, de l’américain de Chicago ? Alors, la prochaine fois que tu regardes une série, prête attention aux origines des personnages, et ouvre grand tes oreilles… les dialogues de film renferment des merveilles !

Parler, Parler, Articuler, Parler

Parles-tu souvent anglais ? C’est une question sérieuse. Si la culture américaine est omniprésente, il faut faire preuve d’un certain esprit d’initiative pour ouvrir la bouche et parler, proférer (!) la langue.

Quand tu es tranquille, dans ton salon…

Certaines méthodes stimulent ton oreille. Des étudiants du Staircase ont raconté qu’ils répétaient les phrases à voix haute avec les fichiers audio. Lire à voix haute, tu peux le faire aussi avec ce roman anglais (tu sais, celui qui traîne sur ta table de chevet. Quoi, tu n’en as pas ? Bah alors, il faut changer ça. Fonce à la librairie ^_^)

Envie d’un petit défi de prononciation ? Alors frotte-toi aux virelangues

Quand tu es motivé pour sortir, et rencontrer du monde

Tu entends de l’anglais, dans la queue du supermarché ? Retourne-toi, et si ces personnes ont l’air sympa, salue-les donc ! Nous avons un principe : Be the First to say, “Hello”. Plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on est timide. Parce que ce n’est pas si facile, mais que ça peut mener à de grandes conversations (voire qui sait, une amitié ?)…  Léa en a fait le sujet de cet article.

Lire, Lire, Lire

La lecture peut t’apporter beaucoup ! On retient mieux les mots et les expressions avec du contexte. Mais pas de panique, tu n’es pas obligé de te lancer dans du Shakespeare ou du Dickens, la littérature contemporaine a aussi beaucoup à offrir. Si tu débutes, tu peux commencer par des livres pour enfants, ou pour ados. Les éditions bilingues sont aussi un bon moyen de progresser. D’ailleurs, as-tu vu📍 les audiobooks du Staircase?

Jouer et s’amuser avec l’anglais

N’oublie pas que… à partir de l’instant où la langue devient pénible, change de méthode. Du plai-sir, c’est la clé !

Un mot un jour, un mot toujours

Oh, il n’est pas romantique mon sous-titre ? Bon, c’est une façon de dire qu’il va falloir ensuite mémoriser tout ça. Je vois deux façons de mémoriser : répéter, ou un choc émotionnel. Répéter, vous pouvez le faire avec des applications de flashcards, en parlant, parlant, parlant (cf. paragraphe plus haut). Et un choc émotionnel, bon j’ai utilisé une expression un peu forte mais en gros ça veut dire… qu’un moment d’émotion marque dans notre mémoire les évènements (et les mots). Ces moments d’émotions, ils nous tombent souvent dessus par surprise. Mais on peut réunir les ingrédients pour les provoquer aussi. Ils surviennent lors un voyage, d’un concert, d’une rencontre spéciale. Y a t’il des mots, que tu as appris comme ça, dans un moment particulièrement fort en émotion ?

Raconte-nous 🙂

Quelles sont tes petites astuces pour apprendre une nouvelle langue ? Partage ton expérience et nous serons heureuse de te lire !

 

Léa & Iza

Author Iza

Contributor & Staircase Cheerleader

More posts by Iza

Leave a Reply

Be the First to Comment!

Notify of
avatar
wpDiscuz