Général

🇫🇷 Comment J’ai (Sur)vécu 1 Semaine avec 25 Russes

Déjà, le contexte : vacances d’hiver ! Mon copain et moi avions prévu de faire une semaine de ski avec un groupe d’amis russes. C’était dans un adorable village alpin, au coeur des Dolomites italiennes. Ce serait un double saut de l’ange pour moi car j’allais non seulement faire mon baptême de ski, mais en plus je le ferais en totale immersion linguistique, avec les amis russophones de mon chéri. Allais-je survivre ?
Cet article est dédié au petit David, à Igor, Julia et à la famille Lomanov.
Plongez avec moi dans ce récit d’une expérience humaine, linguistique (et sportive!) hors du quotidien. Sentez la neige, la vapeur chaude (du sauna), le bois du chalet. Entendez les éclats de rire d’un groupe de potes de toujours, les verres qui trinquent, et les toasts portés dans la langue de Dostoïevsky!

“Quoi, 25 russes ! Léa, Tu Dois exagérer…”

Le compte est juste. Entre mon copain, son frère, sa femme, leurs amis (venus en famille), les enfants, les amis de leurs amis, leurs enfants, et moi, ça faisait 25 tout rond. Igor, qui organisait le voyage, avait habilement réservé des chalets juste côte-à-côte, et résultat après la journée de ski nous allions tantôt chez les uns, tantôt chez les autres pour prendre l’apéritif et dîner ensemble. Je vous laisse imaginer l’ambiance à table.

Comment m’étais-je Préparée pour ce Voyage ?

  • avec (un objectif de) 200 squats par jour pour me mettre en forme pour le ski. Bon je dis bien « objectif de » parce que dans les faits c’était plutôt 50 hum…
  • avec deux staircases, pour commencer le russe. L’un pour apprendre comment trinquer en russe, et le deuxième pour pratiquer le vocabulaire du ski et des sports d’hiver. Disponible ici  d’ailleurs, en Russe/Français.
  • avec des leçons particulières de russe, à raison de 2 heures par semaine.

Une Pure Aventure Linguistique.

Qu’ai-je appris en une semaine d’immersion ?

Je suis arrivée là-bas avec un niveau très débutant. Autrement dit je pouvais dire “привет” (bonjour), “спасибо” (merci) et d’autres bricoles. Suis-je devenue bilingue en une semaine ? Certainement pas. Par contre j’ai appris beaucoup de choses, dont certaines d’ailleurs que je n’aurais pas imaginé apprendre un jour…

Quand c’est VITAL, on Apprend Vite ⚠

Qu’est-ce qui est vital quand on fait du ski entre amis ? Les directions. Je les ai comprises vite, particulièrement à ce croisement. Alors que je fonçais et m’apprêtais à prendre une pente à droite, j’ai entendu l’un de nos amis qui criait “налево!”. Quoi, “налево,” “налево” ? Je me suis retournée et l’ai vu qui agitait ses batons vers la gauche. J’ai tourné au dernier moment. Ouf ! Une méchante piste noire se cachait derrière. Ca aurait été sympa sinon, de devoir la remonter à pied. Pire, j’aurais pu finir dans un sapin. Conclusion : налево = à gauche. Pigé !

Communiquer en Russe par Walkie-Talkie

приём! приём!

A mon arrivée, on m’a donné cet objet : un walkie-talkie. Ce n’était pas un jouet, mais un outil de communication essentiel… pour se réunir à l’heure de la pause déjeuner ! En effet on était souvent dispersés sur les pistes, les uns aux bleues avec les enfants, les autres partis en groupe faire une grande boucle dans la nature, ou encore un autre groupe parti pour des pistes noires.Mais comment communiquer avec le walkie-talkie ? C’était tout simple, il suffisait d’appuyer sur le bouton CALL, de dire son message et de terminer par “прием!”  (prononcez “pri-om”, équivalent de “Stop”).
Ainsi quand j’étais sur les pistes, je pouvais cons-tam-ment entendre ces messages en russes, qui résonnaient de la poche de ma poitrine avec un bruit de friture. Au début ce n’était QUE de la friture (je ne comprenais rien de la langue) et puis avec un peu d’experience j’ai fini par distinguer les messages, qui d’ailleurs – cela aidant – se répétaient beaucoup. Exemple de conversation :
“ты где? Прём.” (“T’es où? Stop.”)
“Я на фуникулере. Всё хорошо. Прём. (“Je suis au téléphérique. Tout va bien. Stop.”)
“ты где? Прём.” (“T’es où? Stop.”)
“дерьмо. я потерял лыжи. Прём. (“M****. J’ai perdu un ski. Stop.”)
“хорошо. Мы в ресторане. Мы ждём тебя. Прём!” (“Ok. On est au restaurant. On t’attend ! Stop.”)
On était pas obligé de répéter toujours “Прём” à la fin, mais je trouvais ça marrant. Ca me rappelle une histoire que m’a raconté un étudiant d’Australie, sur un homme qui avait appris à parler un dialecte par talkie-walkie, et qui ponctuait méticuleusement ses phrases de “stop” pour marquer les points. Enfin.

Trinquer en Russe

Les occasions de trinquer ne manquaient pas. Si la culture de l’apéro est française, elle est aussi russe. Le langage pour porter un toast est un peu formel. Il est pompeux mais facile à comprendre. Et c’est l’occasion de complimenter la nourriture, de féliciter les exploits de ski des uns et des autres… Et de trinquer tous ensemble !

Entre Nanas

Ah, les filles. Malgré la barrière de la langue, je me suis sentie accueillie par ces comme une sœur. Que ce soit dans la salle de bain ou à un coin de table, les histoires allaient bon train, ça papotait et ça papotait, et qu’est-ce que ça riait. On dit que la langue russe est très expressive. C’est vrai ! Les filles essayaient toujours de m’inclure dans leurs conversations. Même si je ne comprenais pas les mots, je pouvais comprendre certaines histoires, par leurs intonations de voix, les imitations, les émotions. Le langage du corps dit tellement. Le langage du corps, c’est d’ailleurs le thème de l’Episode VI du Staircase. Vous savez, l’épisode qui s’appelle Omniglotte. Avec les filles, je le vivais en direct !

Отлично,Круто, Молодец ! (Super, génial, splendide)

Qu’apprend t-on en immersion ? Quand débute dans la langue, on est surtout réceptif aux mots et phrases isolées. C’était mon cas, et j’absorbais donc par cœur des blocs de mots, surtout quand ils étaient liés à une émotion. Ainsi j’ai appris un joli cocktail de synonymes de “super”.
Si vous êtes curieux… Отлично ! (prononcer “atlishna” = super) Круто! (prononcer “krouta,” comme “croûte” avec un air roulé. Aussi étrange que cela puisse paraître, ça veut dire génial) Молодец! (prononcer “ma-la-dietsse” = super) Классно!  (prononcer “klas-sna” = stylé, classe).

<< вместе >> un Mot dont je me Souviendrai Longtemps

En parlant d’émotion voici le mot qui m’a marqué et dont je me rappellerai pour toujours. Ce mot, c’est << вместе >>.
Un mot simple et puissant dont je vais vous raconter la petite histoire. Ce jour-là – le dernier jour, j’avais prévu de passer la journée entière sur la haute montagne de Plan de Gralba avec l’une des familles, tandis que mon copain partirait de son côté pour une sortie avec ses potes. La perspective de cette excursion me plaisait, mais je dois aussi avouer que j’avais une petite boule au ventre. C’est que nous irions dans un vaste territoire de ski, que je devrais me débrouiller juste avec ces amis russophones. Personne pour faire l’interprète ! Je ne connaissais pas l’itinéraire de retour vers le chalet. De surcroît, nous serions encerclés de pistes rouges. Je pouvais les gérer à peu près, mais réussirais-je à suivre le du groupe ? Et si je restais à la traîne, et que je me retrouvais toute seule en haut d’une piste noire, et que les autres étaient en bas, déjà loin ?  Il y avait certes un chemin pour passer par des pistes plus faciles, mais seul Aleksei le connaissait. Je n’avais qu’un choix : faire confiance.
Quand la famille Lomanov et moi sommes arrivés dans la télécabine, nous nous sommes regardés et avons échangé ce mot : << вместе >>. Il signifie ensemble. Plus haut dans la montagne, on l’a répété encore.
Ainsi tout au long de cette journée, piste après piste et télésiège après télésiège, on parlait peu, et un seul mot résonnait en moi. Vous savez lequel.
J’aimerais faire une dédicace particulière à la famille Lomanov. J’ai trouvé en eux une famille incroyablement soudée et belle. Les deux enfants ne se quittaient pas. Leur mère skiait à peu près au même rythme que moi. Le père des garçons était l’éclaireur  : plusieurs fois il est parti pour trouver la bonne route. Il avait cette façon d’ouvrir le chemin et de le fermer à la fois, pour s’assurer que tout le monde progressait bien.
Quand nous sommes revenus le soir, j’étais aux anges ! Preuve est que, quelle que soit la langue, on est toujours bien, quand on est<< вместе >>

La Pop Soviétique, C’est Cool

Saviez-vous qu’il y avait une culture underground vachement stylée sous l’ère soviétique ? Un jour, je partagerai avec vous les tubes de pop soviétique que je connais. Vous verrez, il y a des chansons vraiment canons. Ensemble, on va relancer une mode 😉
Un soir que tout le monde était à table, j’ai vu quelques-uns penchés sur une vidéo Youtube. Ils ont commencé à chanter un air de pop des années 80. La musique était assez classe. Puis ils ont passé une autre chanson. C’était un autre tube, mais plus sombre. Il s’appelait Звезда по имени Солнце. J’ai trouvé plus tard qu’il datait de 1989, année de la chute du bloc soviétique. Ils connaissaient tous les paroles par cœur.

Immersion en Russe, mais aussi en [____, ____, ____] !

Prosecco, avez-vous bien lu prosecco ? Oui, rappelez-vous que nous étions dans les dolomites italiennes ! Ce serait mentir de dire que mon immersion s’est réduite au Russe. Nous étions en fait une bande de Russes (+ une Française) plongés dans une station de ski elle-même trilingue. A la station, on entendait de l’Italien, de l’Allemand et du Ladin (dialecte d’Italie du Nord) à longueur de journée. Et si j’ai essentiellement évoqué le Russe dans cert article, j’ai aussi pratiqué intensément l’Allemand, par exemple avec mes leçons de ski puisque mes instructeurs étaient germanophones. Avis aux language lovers, si vous voulez des vacances multilingue, vous savez où aller. Direction le Nord de l’Italie, aux frontières suisses ou autrichiennes. Polyglottisme garanti !

Là Où Je Baissais les Bras

S’il y a une situation où le brouillard linguistique tombait, c’était quand le groupe débattait de l’endroit où aller. Alors là, ce n’était même plus du brouillard, c’était de la purée de pois.
Le groupe me baladait. Où ils allaient, je suivais. Quand ils s’arrêtaient, je m’arrêtais. S’ils attendaient, j’attendais. Pourquoi on s’arrêtait ? Pourquoi on reprenait ? Qu’est-ce qu’on attendait ? C’était tellement frustrant par moments. La capacité de participer aux décisions collectives est une compétence typique du niveau B2. C’est un bon test si vous voulez connaître votre niveau dans une langue. Pouvez-vous comprendre et participer activement à une discussion de groupe, même quand les avis des uns et des autres fusent de toutes parts ? Pouvez-vous faire entendre votre voix et participer à la décision collective ? Si non, vous êtes sûrement à un niveau B1 ou moins. Continuez de pratique ! Si oui, il se peut que vous ayez franchi le cap solide de B2.

Alors, Ai-je survécu ?

Visiblement oui puisque je suis ici en train de vous écrire ce récit. Toutefois, “survie” n’est peut-être pas le bon mot. C’était une magnifique expérience de vie, qui par moments a touché à la féérie.

Références :

Author Léa Tirard-Hersant

Host of the Staircase

More posts by Léa Tirard-Hersant

Leave a Reply

Be the First to Comment!

Notify of
avatar
wpDiscuz