Général

Etes-vous déjà venu en aide à quelqu’un, dans une seconde langue?

Troisième de la série sur le thème : “Comment utiliser activement votre seconde langue ?”  En rencontrant des étrangers ! Si vous êtes chez vous, ça peut être en tendant la main aux étrangers qui visitent votre ville. Si c’est vous qui êtes à l’étranger, alors prenez votre courage à deux mains et allez donc rencontrer les habitants locaux là où ils sortent entre eux. En multipliant ces occasions d’échanger, vous pourrez vivre l’aventure multilingue au quotidien. 

Cet article est dédié : à Cal et à Megan. 


Chapitre III – Etes-vous déjà venu en aide à quelqu’un, qui parlait une autre langue ?

Un phénomène curieux prend possession de nous parfois quand on apprend une langue étrangère. C’est comme si on évoluait parmi les natifs de la langue.. dans une bulle de verre. Une bulle de verre linguistique. Avez-vous déjà senti ça ? C’est la bulle de l’étudiant : parce que j’étudie la langue, je reste un peu à l’écart pour observer et apprendre. C’est aussi la bulle du touriste : parce que je suis de passage dans ce pays, je n’ai pas de responsabilité et je peux m’offrir le loisir d’un certain détachement. Je suis visiteur, et tout aussi ouvert d’esprit et explorateur que je sois, je ne suis pas vraiment acteur de cette communauté. Je suis étudiant de langue, je ne suis pas un communiquant total.  J’appelle ça le syndrome du touriste linguistique. On peut le définir comme le fait d’assimiler cognitivement une langue sans embrasser pleinement son potentiel émotionnel et sociable.

Quand cette bulle risque-t-elle d’apparaître ? Je vous rassure, ce n’est pas systématique ! Mes étudiants qui utilisent le français pour le travail ou pour communiquer avec la famille rencontrent rarement ça. Mes étudiants concernés sont plutôt ceux qui ont étudié la langue trop scolairement ou par obligation. Le phénomène est aggravé avec la peur de faire des erreurs. Pourquoi cette bulle est un problème ? Car c’est un frein à votre progrès dans la langue, et aussi parce qu’elle vous empêche de la vivre pleinement. Pire d’ailleurs, on ne s’en rend pas toujours compte.

Il y a un évènement qui peut faire éclater cette bulle linguistique. Cet évènement… c’est une voix qui appelle à l’aide.

Avez-vous déjà fait face à une personne vous appelant à l’aide, dans une langue étrangère ?

Cet évènement surgit face à vous et vous urge de réagir. Vous oubliez la grammaire, la conjugaison. Vous n’êtes soudain plus un étudiant, et en quelques secondes votre seconde langue se transforme d’objet d’étude figé, en un outil sympathique et vibrant d’humanité.

Le Petit Prince de Berlin

Une histoire m’est arrivée, que j’aimerais partager avec vous. C’est une histoire qui n’a rien d’extraordinaire quand on la vit dans notre propre pays, mais qui parce que je l’ai vécue à l’étranger a suffit à faire éclater la bulle d’une de mes langues – l’allemand. Alors… que s’est-il donc passé ? J’étais à Berlin et jusque là mon allemand littéraire s’était limité à étudier avec ma méthode Assimil, à saluer les commerçants et à commander au restaurant. Oh, et aussi je lisais le célèbre conte de Saint-Exupéry en version allemand. Travel like a local, je séjournais dans mon Airbnb d’où je donnais mes leçons de français en ligne. J’habitais parmi les berlinois, mais malgré tout j’étais un peu coincée dans ma bulle linguistique. Comment allais-je en sortir ?

Quand je suis rentrée ce jour-là dans le centre commercial d’Alexander Platz, je ne savais pas qu’une rencontre allait arriver, et que tout allait changer. J’étais au rayon épicerie fine, absorbée dans la contemplation du choix de stollen .. quand une petite voix a résonné derrière moi. Ce n’était pas le petit prince, mais c’était un enfant, qui pleurait doucement en allemand. Ce petit garçon était là, et il demandait de l’aide. Il me demandait de l’aide. En allemand ! Volatilisées, les déclinaisons de la langue. Exit, les règles de conjugaison ! En un éclair, je m’agenouillais à la hauteur de l’enfant et tachait de le réconforter comme je pouvais. J’ai trouvé les mots sans avoir à y penser. Le petit garçon avait d’ailleurs presque plus de mal à trouver ses propres mots, puisque sa voix était entrecoupée par les pleurs.

Ensemble nous avons trouvé une employée du magasin et tout est bien qui finit bien, ses parents sont arrivés et tout le monde s’est salué à grands renforts de sourires et de “Danke vielmals” . La scène a duré quelques minutes, et pourtant a suffit à faire s’évanouir les filtres scolaires qui avaient jusqu’à alors pesé sur mon allemand.

Cette anecdote peut sembler légère et anecdotique. Elle prouve toutefois qu’il suffit de peu, pour faire éclater nos bulles linguistiques et pour soudain se mettre à embrasser notre seconde langue avec humanité.

Je vous appelle à témoigner ! Avez-vous déjà fait face à une personne qui vous demandait de l’aide, dans une langue étrangère ? Comment avez-vous réagi ?

Appel à témoignage particulier pour les médecins militaires, juristes en territoires de conflits, employés humanitaires. Avez-vous des anecdotes à raconter ?

Author Léa Tirard-Hersant

Host of the Staircase

More posts by Léa Tirard-Hersant

Leave a Reply

1 Comment on "Etes-vous déjà venu en aide à quelqu’un, dans une seconde langue?"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
Calvin Gordon
Member
En tant que pédiatre qui parle espagnol et qui habite en Californie, j’aide chaque jour des gens qui parlent une langue différente. J’ai étudié l’espagnol trois ans au lycée et je connaissais bien par coeur mes conjugaisons et mes prépositions. J’étais dans ma propre bulle linguistique jusqu’à ce que je fasse un échange avec une famille à Cali en Colombie. La famille ne parlait qu’espagnol, j’étais le seul Américain dans la communauté. Ma bulle s’est évaporée immédiatement. Dépasser la bulle linguistique n’est pas si différent que faire la transition d’étudiant de médecine, à médecin de terrain. Connaître quelque chose académiquement,… Read more »
wpDiscuz